Tirer le MAXIMUM d'un bilan de compétences



Des articles qui fleurissent un peu partout sur Internet ou dans la presse pour « critiquer » l’efficacité d’un bilan de compétences. Pour en réaliser régulièrement, j’apporte quelques nuances à ce constat.

A l’heure où chacun doit prendre en charge son avenir professionnel, il suscite des déceptions ou des frustrations, alors que c’est un accompagnement proposé à tous les salariés, qui bien compris, bien préparé et bien conduit peut-être très enrichissant.

Voici 3 critères à prendre en compte pour le rendre efficace :

1) Vous assurer que vous avez bien défini votre objectif

Les personnes s’imaginent que le bilan va leur permettre de déclencher un changement de vie professionnelle complet, mais souvent la conclusion n’est pas si radicale. Le changement implique d’abandonner aussi des avantages (sécurité de l’emploi, mutuelle, tickets restaurants…), ce que les personnes ne sont pas toujours prêtes à faire.


Si 80 % des personnes réorientent leur carrière, elles le font souvent dans leur sphère professionnelle. Le travail de bilan permet d’oser demander un repositionnement professionnel.


J’ajouterai que moi, consultante, je n’ai pas de « boule de cristal », c’est à la personne de trouver sa voie, et ce principe n’est pas toujours clair dans l’esprit des personnes qui s’engagent dans un bilan.


2) Choisir le prestataire qui convient le mieux

Pour réaliser un bilan de compétences, il faut solliciter un rendez-vous avec 2 ou 3 prestataires, pour échanger avec eux afin de choisir par qui vous voulez être accompagné. C’est un échange qui permet d’expliquer ce que vous attendez de ce bilan, et surtout de questionner sur la méthode, et la capacité du prestataire à s’adapter à vos objectifs.


Et puis, c’est l’occasion de voir si vous vous sentez en confiance, écouté, et compris. Vous rencontrez votre consultant(e) toutes les semaines pendant presque 3 mois, ce n’est pas rien. En ce qui me concerne, je me montre telle que je suis, optimiste, gaie, et bienveillante. Je sais que je ne peux pas correspondre à tout le monde mais cela fait partie du job.

3) Trouver le bon moment pour agir

Quelle sera votre disponibilité ? Sachez que le bilan de compétences vous prendra du temps : des séances de 2h ou 3h par semaine, avec une part de travail personnel.

L’idéal est de ne pas être dans l’urgence, et avoir l’esprit pour réfléchir et surtout agir. Parfois, on n’a pas le choix, mais il faut être conscient de l’engagement que cela représente, pour atteindre vos objectifs.

En conclusion,

N’attendez pas tout de la personne qui vous accompagne,

Renseignez vous bien, et engagez vous en confiance,

Choisissez le bon moment.